Réseau Vrac et Réemploi s’est associé à la Chambre Chambre des Métiers de l’Artisanat (CMA) Centre-Val de Loire, fidèle partenaire de la convention de partenariat régionale, pour valoriser la filière vrac et réemploi auprès des commerçant·es-artisan·es de la région. Ainsi, durant le mois d’octobre, deux temps forts ont permis de sensibiliser les commerces de bouche et les salons de coiffure/centres esthétiques à réduire leurs déchets d’emballage jetable grâce au vrac et au réemploi.

Une tournée promotionnelle du vrac et du réemploi

Mardi 17 octobre matin, dans cinq territoires de la région, les conseiller·ères transition écologique départementaux·ales de la CMA ont visité des commerces de bouche pour les sensibiliser au vrac et au réemploi. Certain·es étaient accompagné·es d’un·e adhérent·e local·e de Réseau Vrac et Réemploi pour répondre aux questions des artisan·es et partager leur expérience en tant qu’expert·e de la filière. Merci à Claire d’Au Tour du Vrac, Marie de Berry Graines et Didier de My Retail Box (magasins day by day) d’avoir accepté de faire la promotion du vrac et du réemploi à Tours, dans les Terres du Haut Berry et à Epernon !

L’objectif de cette matinée était de faire la promotion du vrac et du réemploi auprès des commerces visités, et de donner la parole aux commerçant·es pour entendre leurs freins et craintes face au passage au vrac et au réemploi. Par ailleurs, les commerces visités se sont vu remettre un kit de communication gratuit comprenant des autocollants et affiches pour inciter leurs client·es à ramener leurs contenants pour acheter des produits en vrac, ainsi qu’un argumentaire donnant des clefs pour répondre consommateur·rices réticent·es vis-à-vis du vrac et du réemploi.

Les quelques vingt-cinq commerces visités ont cité plusieurs freins expliquant leur prudence face au passage au vrac et au réemploi :
- leur clientèle ne semble pas encore tout à faite prête (les client·es demandent des couverts jetables, oublient leur sac à pain, etc.).
→ Réseau Vrac et Réemploi et ses partenaires travaillent activement à la sensibilisation multi-canaux (campagnes de communication digitales, présence à des événements clefs du territoire, etc.) de toustes au vrac et au réemploi !
- iels craignent une perte de clientèle au profit de concurrent·es s’iels suppriment complètement les emballages, même les superflus
→ Réseau Vrac et Réemploi propose plutôt aux commerçant·es de se tourner progressivement vers le vrac et le réemploi, laissant ainsi le temps aux client·es de prendre de nouvelles habitudes de consommation
- iels peuvent être méfiant·es concernant la propreté des contenants emmenés par les client·es
→ Rappelons que ce que dit la loi AGEC sur le sujet : "Chaque consommateur peut, depuis le 1er janvier 2021, apporter un contenant réutilisable dans les commerces de vente au détail. Ce contenant doit être propre et adapté au produit acheté. Le consommateur est responsable de l’hygiène et de l’aptitude du contenant. L’établissement peut, quant à lui, refuser de servir le consommateur si le contenant apporté est sale ou inadapté".

Les commerçant·es-artisan·es restent toutefois, pour la plupart, volontaires pour progresser en faveur de la réduction des déchets d’emballage jetable :
- certain·es étaient ravis de recevoir des supports à afficher directement sur leur vitrine
→ Il s’agit d’une manière passive d’inciter les client·es à ramener leurs contenants. L’effet est décuplé lorsque les commerçant·es effectuent également une communication à l’oral sur le sujet !
- plusieurs commerces visités avaient déjà mis en place des initiatives vis-à-vis des client·es (distribution de sacs à pain) ainsi qu’en interne auprès des salarié·es
→ Les emballages représentent un coût non négligeable pour les artisan·es ; in fine il est donc avantageux pour tout le monde de proposer des produits sans emballage !

Une matinée décryptage du vrac et du réemploi

Moins de deux semaines après cette tournée promotionnelle du vrac et du réemploi, le lundi 30 octobre, l’ensemble des artisan·es de la région Centre-Val de Loire était invité à participer à une matinée décryptage de la filière, toujours organisée en partenariat avec la CMA Centre-Val de Loire.

Partant du constat que plus d’un·e Français·e sur deux déclare vouloir plus de produits en vrac dans leurs points de vente habituels notamment pour réduire leurs déchets d’emballage jetable (étude Nielsen PANEL VIEWS, décembre 2021 sur 99000 foyers répondants), la matinée avait pour but d’inciter les artisan·es de la région à prendre les devants et se tourner vers cette filière d’avenir.

La matinée comprenait une présentation de Réseau Vrac et Réemploi, un récapitulatif des échéances réglementaires qui concernent la réduction des emballages, des ateliers interactifs participatifs pour identifier les freins et leviers d’actions pour passer au vrac et au réemploi ainsi qu’une table ronde de commerçant·es qui ont déjà fait le choix de supprimer les emballages superflus.

Une bonne quinzaine de commerces sont venus partager leur expérience, échanger avec leurs pairs, se renseigner sur le contexte réglementaire de la filière et réfléchir collectivement à des moyens d’être pleinement acteur·rice du changement en saisissant l’opportunité de la convention de partenariat régionale !

Nous tenons à remercier les personnes qui ont répondu présent à Orléans ou à distance ! Parmi les idées évoquées lors de cette matinée, un intense besoin de communication sur la filière est ressorti, que ce soit par des infographies didactiques (les avantages du réemploi du verre par rapport au recyclage), par un travail avec les médias locaux, ou encore par une mise en avant d’un témoignage concret et chiffré d’un·e artisan·e qui a réalisé des économies monétaires et d’emballages grâce au passage au vrac et au réemploi !

Conclusion : continuer de travailler ensemble au développement de la filière en région

L’objectif de ces actions menées avec la CMA reste de convaincre les artisan·es de rejoindre notre projet de développement de la filière en Centre-Val de Loire ! Affaire à suivre donc pour les commerces qui semblent déjà prêts à changer leurs méthodes d’approvisionnement et de vente, voire même éventuellement à faire évoluer leur concept pour intégrer toujours plus de vrac et réemploi dans les quotidiens des citoyen·nes !

A lire ensuite